• Akli Yahiaten: un des maestro de la chanson algérienne



    Rien à dire, Akli Yahiaten est et restera pour longtemps encore le maestro. Il a, encore une fois, fait un tabac lors du concert qu'il a animé le 17 octobre au Théâtre de verdure à Alger.

    Ses admirateurs, nombreux, ont été émerveillés. Ils ont été envoûtés par le chanteur qui, du haut des ses plus de 70 ans, a interprété ses chansons, comme il y a 40 ans. Avec le même amour, la même voix forte et limpide, les mêmes gestes et le même sourire.<?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" />

    Ses admirateurs ont fredonné, parfois chanté, avec lui chacune des chansons interprétées sur scène : “Am inigh awal fahmit”, “zrigh zzin di michli », “ya el-menfi”, “tamurt-iw”, “lvaz”, “elfiraq vezzaf iwâar », « y-almoudjareb », « jahagh vezzaf d-amezyan », « yedja yemmas »...

    Il a rendu un vibrant hommage à un vieil ami aujourd'hui disparu. Un autre grand chanteur ignoré par les medias lourds, en l'occurrence <?xml:namespace prefix = st1 ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:smarttags" /><st1:PersonName ProductID="la TV. Il" w:st="on">la TV. Il</st1:PersonName> s'agit de Dahmane El Harrachi dont il a interprété la chanson « yanekkar el-melh wa tâam ».
    <o:p> </o:p>

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :