• Musique: la chanson chaâbi peine à se faire entendre

     


    Par: Mohamed Arezki Himeur
    Le Cap, bimensuel, n° 43 - mai 2010

    Le diagnostic est établi depuis longtemps. La chanson chaâbi n’arrive pas à sortir du carcan dans lequel elle est enfermée. En dépit des bouleversements et des troubles connus par l’Algérie, dont la «décennie rouge», elle continue son petit bonhomme de chemin en évoluant en marge, pour ne pas dire loin des préoccupations, des joies, des peines et des espoirs des Algériens. Résultats : son auditoire stagne, lorsqu’il ne régresse pas.
    La musique chaâbi peine à se faire entendre. C’est le cas de le dire. Elle est étouffée, malmenée par les autres genres de musiques, plus proches de la vie de tous les jours des Algériens, notamment de la jeunesse qui constitue l’écrasante majorité de la population. Des genres de musiques qui évoquent, expriment, parfois crient et hurlent les préoccupations d’une jeunesse en perte de repères, angoissée par des lendemains dont elle ne tient pas le gouvernail et n’arrive pas à comprendre, à saisir les tenants et les aboutissants.
    Un constat admis aujourd’hui, y compris parmi ses pratiquants et ses spécialistes. «Il faudra que ce genre musical s’ouvre à la société, puisse un peu refléter ses préoccupations, ses joies et ses peines», dira l’écrivain et chercheur Abdelkader Bendameche, réputé pour ses travaux de recherches et d’analyses sur la chanson chaâbi.
    C’est, du reste, l’un des objectifs du Festival national de chaâbi, fondé en 2005, dont il est commissaire. Parmi les missions principales de cette institution figurent, en bonne place, celles d’établir l’état des lieux, de réunir les artistes et les amoureux de ce genre musical, de collecter tout ce qui a été écrit, dit, composé et chanté sur et dans le chaâbi. Il s’agit, en fin de compte, d’assurer la sauvegarde et la préservation de ce genre, de permettre sa perpétuation et sa transmission, par le biais des jeunes, aux générations futures. Il s’agit aussi de savoir qui a fait quoi et qui fait quoi aujourd’hui dans le chaâbi.
    Bien évidemment, le Festival ne se limitera pas à réunir la famille artistique du chaâbi, à collecter et assembler les compositions et les textes anciens. Son rôle est, aussi et surtout, d’ouvrir ce genre musical à «de nouvelles compositions, à des textes nouveaux et vers des perspectives de créations nouvelles», estime M. Bendameche. «C’est un grand chantier», ajoute-t-il.
    En un mot, il faudrait secouer le cocotier. Mais le travail n’est pas aisé. Il n’est pas facile à réaliser. Parce que la tâche risque de froisser, heurter et voire offusquer les certitudes de certains, de déplaire à d’autres, notamment aux conservateurs et autres partisans de la conservation, telle quelle, de la musique chaâbi. Ceux-ci craignent que les mutations, les améliorations et les changements n’altèrent la pureté et la sensibilité du chaâbi qu’ils ont connu, apprécié et aimé depuis de nombreuses décennies.
    La 5e édition du Festival national de chaâbi se propose, avec l’aide de spécialistes et d’artistes de renom, de s’ouvrir à la chanson de création «Ce sont les lauréats des quatre précédentes éditions de ce Festival qui vont interpréter des textes nouveaux et des musiques nouvelles. Le premier qui s’est engagé dans cette initiative, c’est Kamel Hamadi, qui a promis une ou deux compositions pour les deux premiers lauréats du Festival national de chaâbi de l’année dernière», nous a confié M. Bendameche.

    Le chaâbi : une musique délaissée

    Il est vrai que la musique chaâbi n’a pas bénéficié d’une aide nécessaire de la part des institutions publiques, de la radio et de la télévision pour son épanouissement. «Les pouvoirs publics d’une manière générale ont quelque peu délaissé ce genre musical» et «il n’y pas eu de travail de répertorisation, de classification et d’enregistrement», selon M. Bendameche.
    El Hadj M’hamed El-Anka avait, par sa personnalité artistique, sa notoriété, gêné l’émergence, l’éclosion de nouveaux talents. Il a été «l’arbre qui a caché la forêt de ce genre musical et des autres genres également. Le chaâbi est associé au nom d’El-Anka, alors qu’El Anka n’était qu’un grand chanteur qui avait apporté lui-même son génie créateur, sa dextérité dans l’exécution instrumentale et musicale etc. Il avait un peu bouché les angles pour beaucoup de gens. On disait : personne ne pouvait faire comme lui. Donc, le genre était bloqué», dira M. Bendameche.
    «Ce genre est resté aussi bloqué par les conservateurs, comme dans toutes les sociétés, toutes les générations soucieuses de maintenir et de sauvegarder leur genre musical. Le chaâbi est développé à un moment donné par des jeunes -El Anka était jeune en 1927, 1928 et 1930- et les gens qui ont aimé ce genre-là l’ont transporté, trimballé avec eux jusqu’à leur vieillesse. Il est resté le même. Il n’a pas changé et ils n’ont pas voulu que ça change. Parce que ça leur rappelle l’histoire, leur jeunesse etc. Ils ont gardé les bonnes et les mauvaises choses de cette musique. Par souci de sauvegarde, par souci aussi de conservatisme parfois négatif. Le résultat, on le constate aujourd’hui», estime M. Bendameche.
    Le constat auquel fait allusion M. Bendameche a un nom : la stagnation. Pourtant, le chaâbi avait «cassé tous les tabous vers les années 1927, 1928 et 1929. Je pense à «Lehmam li rebbitou», à «Rfed sebbat ou mchi» et à «Aghriv d’avarrani» venu plus tard. Je pense à toutes ces chansons populaires qui reflétaient les sentiments d’un moment par rapport à une population du moment, qui écoutait un produit d’un artiste du moment. Parce que l’artiste doit être le miroir de la société», relève M. Bendameche. La stagnation a fait du chaâbi une musique «restée immuable, classifiée, momifiée, qui ne change pas», dira-t-il «Donc, il faut casser», ajoute-t-il, ouvrir des brèches pour permettre l’éclosion de ce genre musical. Des chanteurs qui ont pris des initiatives dans ce sens ont réussi, dit-il. Il cite, à titre d’exemples, Kamel Messaoudi et El-Hachemi Guerrouabi.
    Le mimétisme, «l’appropriation» des personnes qui ont réussi, ont encore de beaux jours devant eux, déplore M. Bendameche. «On a des jeunes chanteurs qui copient. On a des photocopies d’El-Hachemi Guerrouabi. Je ne sais pas s’ils vont réussir. On ne connaît même pas leurs noms parfois. Ils copieront pendant un moment ensuite ils s’arrêteront», selon M. Bendameche. «Mais, El-Hachemi Guerrouabi restera un grand artiste, avec son génie créateur lui aussi», estime-t-il. Pour lui, un jeune chanteur qui veut réussir doit se former, se frotter au patrimoine, acquérir quelques données de base et créer lui-même au lieu d’être une pâle copie d’un autre.
    Bien entendu, comme tous les autres genres de musiques, le chaâbi est touché, lui aussi, par le plagiat et les reprises. «Il y a une grande institution qui s’appelle l’ONDA (Office national des droits d’auteurs), qui est une institution magnifique, qui est utile dans la société de création comme la nôtre. Mais sur le terrain ça ne marche pas», regrette M. Bendameche.

    Le plagiat : une herbe sauvage

    Aujourd’hui, le plagiat et les reprises font de grandes saignées dans la production culturelle et intellectuelle en Algérie. Ils sont parfois encouragés par les médias, notamment la télévision et la radio, qui diffusent les reprises et invitent les «repreneurs» sur leurs plateaux. Ce phénomène se développe lorsqu’il y a un manque d’auteurs et de compositeurs, qui se retirent du circuit artistique pour différentes causes et raisons, notamment pour absence d’encouragements au profit des créateurs. «Quand on ne cultive pas un champ, quand on ne l’entretient pas, on ne l’arrose pas, à la place d’une bonne culture, vous trouverez de l’herbe sauvage», estime M. Bendameche. «Le plagiat, nous l’avons un peu encouragé parce nous avons laisser-faire», ajoute-t-il.
    La radio joue un rôle important dans le domaine de la musique. «D’ailleurs, quand on traite de la musique, de l’histoire de la musique, on trouve un peu partout la radio : la radio a fait ça, la radio a dit çà, la radio a développé ce genre musical et tel autre genre. La radio est là, comme un catalyseur», selon note M. Bendameche. «Elle a été utilisée un peu pour diffuser certains genres musicaux qui ont connu beaucoup de succès, mais au détriment de notre identité, au détriment de la valeur réelle de la production musicale utile pour le développement d’une société comme la nôtre», ajoute-t-il.
    Le chaâbi est un genre musical situé entre l’andalou, le haouzi et le kabyle, selon M. Bendameche. «C’était un genre nouveau à l’origine, dans le sens de sa contexture et de sa forme. On ne le connaissait pas comme cela avant. Il s’est développé avec chaque chanteur. Et chaque chanteur ajoutait une touche personnelle. El Hadj M’hamed El-Anka chantait différemment que Hadj Nador qui était pourtant son maître», dira M. Bendameche.
    Hadj M’hamed El-Anka «avait donné naissance à une pléiade d’artistes plus tard qui ne chantaient pas forcément comme lui, comme Hadj M’rizak, Khelifi Belkacem, Hadj Menouar et plus tard El-Achab et Hassen Saïd. Chaque personnalité donnait une identité, une empreinte à ce genre de musique. C’était devenu un arbre aux multiples tentacules et branches qui donnaient vie à un genre musical qui n’avait pas de nom», ajoute M. Bendameche. C’était Boudali Safir, qui était, au milieu des années 40, responsable du département artistique des émissions de langue arabes et kabyles (ELAK), qui lui avait donné l’appellation de musique chaâbi.
    En fait, le terme chaâbi veut dire aussi populaire. Il était accolé à tous les genres de musiques tels que le bédouin, le kabyle etc. «Le genre qu’on appelle aujourd’hui chaâbi n’avait pas une appellation précise sur le plan scientifique du terme. On était allé jusqu’en 2004 avec cette appellation à califourchon entre un genre musical et un autre», relève M. Bendameche.
    Puis, en 2005, lors de la création du Festival national de chaâbi, le mot «chaâbi», invariable, est consacré comme appellation officielle de la musique du même nom. «Le mot chaâbi est consacré à cette musique que fait Amar Ezzahi, El-Hachemi Guerrouabi et bien d’autres», souligne-t-il.

    Réhabiliter le patrimoine musical

    L’intérêt d’Abdelkader Bendameche pour la chanson chaâbi ne date pas d’hier. Il a été lui-même artiste (comédien puis interprète) dès le début des années 60, avant de bifurquer, plus tard, vers le journalisme. Une activité qui lui a permis de collecter, de recueillir des informations, des textes et des chansons de nombreux grands artistes algériens, vivants ou disparus. Il a publié et diffusé leurs biographies dans le quotidien «El-Moudjahid» et à la radio.
    C’est ce travail de recherche, qui a nécessité des années de labeur, qui a servi de matrice à la publication, en 2003, du premier tome de «Les grandes figures de la musique algérienne». L’idée d’éditer un livre remonte aux années 90 et 91. C’était l’aboutissement des efforts fournis pendant de nombreuses années. Le quatrième tome de cet ouvrage sortira bientôt. «J’ai prévu de réaliser en tout cinq tomes. Chaque tome comprend 75 artistes. Après, je vais arrêter. Parce que je n’ai qu’une seule vie et je voudrais vivre un petit moment», dit M. Bendameche en riant.
    Mais, comme on dit, ce n’est pas demain la veille. «On a toute la mort pour dormir», pour reprendre le titre d’un film du cinéaste mauritanien Med Hondo. Abdelkader Bendameche va poursuivre le travail déjà entamé sur les grands chanteurs algériens. Un travail qui consiste à réaliser des coffrets dans lesquels sont rassemblés les chansons, les textes, les poèmes, les compositions et des renseignements biographiques des chanteurs.
    «Cette démarche s’inscrit aussi dans la ligne que je me suis tracé sur les biographies d’artistes. Quand on rédige des biographies d’artistes, on se penche sur leur patrimoine, sur ce qu’ils ont fait, écrit et composé. On se penche aussi sur leurs enregistrements, les disques édités, sur leur vie tout simplement. Chaque coffret est accompagné d’un livre contenant tous les textes de chaque chanteur», dit M. Bendameche.
    Cette opération, intitulée «Collection patrimoine musicale en Algérie», a déjà permis la réalisation de quatorze coffrets consacrant 35 grandes figures de la musique algérienne, dont un seulement est encore en vie. Cette deuxième phase s’intéressera aux artistes encore vivants pour la majorité d’entre eux. Une démarche visant à réhabiliter le patrimoine musical algérien dans toute sa diversité.

     M. A. H.


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :