• Placette du village de Zouvga, dans la région montagneuse de Tizi Ouzou, en Kabylie (Algérie)

    votre commentaire
  • <?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p>



    </o:p>

    Il est parti à la fleur de l'âge. Le chanteur kabyle Brahim Izri est mort le 3 janvier 2005 à l'âge de 50 ans. Il s'était éteint à la suite d'une maladie dans un hôpital à Paris, ville où il vivait depuis la fin des années 70. L'enfant d'Ath Lahcène, son village natal dans la commune d'Ath Yenni, qui fait face à la majestueuse montagne du Djurdjura, en Kabylie (Algérie), revient cette semaine.
    L'Etablissement Arts et Culture d'Alger a décidé de lui rendre un vibrant hommage les 28 et 29 janvier, en organisant des concerts de musique. Brahim Izri, issue d'une famille de musiciens, fut l'un des ambassadeurs de la chanson Kabyle à l'étranger, notamment en France.
    Adolescent, il a participé, pendant près d'une dizaine d'années, aux « hardra »(séances de chants religieux) organisées une foie par semaine à la zaouia de son grand-père, El-Hadj Belkacem. Un mausolée très fréquenté par les habitants de Kabylie, situé à quelques kilomètres du pont de Takhoukht, sur la route menant vers Ath Yenni, Ath Ouacifs et Iboudraren et le sommet du Djurdjura.
    Brahim Izri, né le 12 janvier 1954, avait fondé, en 1973, avec plusieurs amis lycéens un premier groupe de chant dénommé « Igoudar » (les éperviers) au Lycée de Larba Nath Iraten (ex-Fort National). Il avait ensuite poursuite son aventure artistique en solo en s'intégrant dans le genre de la chanson dite moderne née quelques années auparavant. Parmi ses succès figurent « vava vahri », suivis quelques années plus tard par « d'acu-yi » (qui suis-je), « Tizi Ouzou » et bien d'autres chansons de belles factures.
     

    votre commentaire

  • La colonisation française de l'Algérie n'a pas livré tous ses secrets. Il y a encore beaucoup à dire et à écrire sur les massacres, assassinats, tortures, viols, brimades, injustices, hameaux détruits au canon et incendiés, populations déplacées, villages entiers mis en quarantaine et soumis à la famine et leurs habitants tués dès qu'ils en franchissaient les limites territoriales.
    Il reste encore des images, beaucoup d'images, d'atrocités enfouies dans les mémoires de ceux et celles, Algériens, mais aussi « progressistes » français, qui les ont subies, vécues et vues. Jean Jaffré, jeune professeur de lettres qui venait juste d'être nommé en Algérie, en savait un bout. Et il le livre dans un témoignage précieux, qui démontre les ressorts du fonctionnement, brutal et inhumain, de la machine coloniale, dont les instruments répressifs étaient les services de sécurité et l'appareil judiciaire.
    Lui, Français métropolitain, qui venait donc de débarquer à Philippeville (actuelle Skikda), n'a pas été épargné par le rouleau compresseur répressif de la colonisation. Il le dit avec simplicité, sans haine, ni rancœur, dans L'Engrenage, un récit autobiographique qui relate des faits qui se sont déroulés bien avant le début de la lutte de libération nationale, en 1952 précisément. L'Engrenage est passé presque inaperçu à sa sortie, en 2004, en France. Seuls deux ou trois journaux en ont parlé et il demeure méconnu autant des lecteurs français qu'algériens.
    Arrêté comme un vulgaire brigand, criminel, il est jeté au cachot, puis traîné devant les tribunaux de Philippeville et d'Alger. Son crime ? Avoir pris la défense d'un adolescent algérien arrêté par des policiers parce qu'il « prenait le soleil » devant son domicile, un jour de grève de protestation contre l'arrestation de Messali El Hadj.
    « Pourquoi l'arrêtez-vous ? » L'intervention de Jean Jaffré a, sur le champ, pris les tournures d'un crime. Arrêté, menottes aux poignets, le jeune professeur de lettres breton, a été poursuivi, tenez-vous bien, « pour entrave à la liberté du travail ». Eh oui, il était accusé, pour cette simple intervention verbale, d'avoir empêché les policiers de faire leur travail, celui de pourchasser les « indigènes » et de les arrêter à tour de bras. C'était, à l'époque, leur seul gros travail, qu'ils accomplissaient avec zèle. Et quel gibier exceptionnel ! Un Européen de France qui prenait parti pour un musulman arabo-berbère récalcitrant à l'autorité de <?xml:namespace prefix = st1 ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:smarttags" /><st1:PersonName w:st="on" ProductID="la République.Bie">la République.
    Bie</st1:PersonName>n sûr, Jaffré pensait que cette affaire ne serait qu'un incident de circonstance et qu'il allait s'en tirer dans la journée même après reconnaissance de la méprise et des excuses !. C'était méconnaître le système colonial. Jaffré n'était pas seul dans les geôles du commissariat de Philippeville.
    La nuit, « des chants de révolte, de confiance, et de défi lancé à nos geôliers » lui sont parvenus d'un cachot tout proche, dans lequel étaient enfermés des Algériens. Au matin, il devait comparaître devant le tribunal des flagrants délits. Le Français de France ignorait, comme il l'avoue, tout du fonctionnement des institutions judiciaires. M. Jaffré n'a pas mis longtemps pour découvrir le pot aux roses colonial : la discrimination érigée en système de gouvernement et une mascarade électorale imposant la domination des colons sur les autochtones.
    L'Engrenage met d'ailleurs à nu ce système électoral maison, mis en place par les colons. Cette pratique était menée, à l'époque, sous l'œil vigilant du gouverneur général, Naegelem, un socialiste de <st1:PersonName w:st="on" ProductID="la SFIO. Il">la SFIO. Il</st1:PersonName> était « le maître d'œuvre, attentif, réputé pour son savoir-faire, de cette farce électorale généralisée, et qui s'affichait effrontément comme telle ».
    A Constantine, cette « mission » était gérée par un spécialiste, un serviteur expérimenté. Il s'agit de Maurice Papon. Celui-là même qui sera jugé et condamné en 1998 pour complicité de crimes contre l'humanité commis durant <st1:PersonName w:st="on" ProductID="la Deuxième Guerre">la Deuxième Guerre</st1:PersonName> mondiale. Papon était sous-préfet à Constantine, et l'auteur affirme : « On ne disait rien de son passé. Son expérience était trop précieuse dans ses fonctions présentes. Les prisons se remplissaient. Je me rappelle qu'on disait que quelqu'un était sous les verrous sous l'inculpation « d'outrage par le regard » à un fonctionnaire de police. » Ce criminel récidivera une dizaine d'années plus tard, à Paris, en qualité de préfet de police conduisant, le 17 octobre 1961, la répression sanglante des manifestants algériens.
    Dans l'ambiance qui régnait à Philippeville, faite d'arbitraire, de répression, d'injustice, il n'y avait pas de place pour un humaniste comme Jaffré. La solution était vite trouvée. Ce gêneur a donc été mis à l'ombre, « hors d'état de nuire au repos des gens établis », c'est-à-dire des colons. Des « cerveaux » de la colonisation ont monté toute une cabale pour « éloigner » le professeur de lettre de Philippeville. Parce que ses opinions dérangeaient « certains personnages » de la ville. « J'ai été arrêté, traîné menottes aux mains à travers la ville, condamné à trois mois de prison et enfermé pendant un mois et demi parmi les voleurs et les assassins, pour avoir simplement protesté contre les brutalités commises à l'égard d'un Algérien, c'est-à-dire pour avoir voulu défendre ce principe que nous sommes chargés d'enseigner à nos élèves : quelle que soient sa religion et sa couleur, tout homme a le droit d'être respecté ».
    Mais chez les colons, l'Algérien était tout juste un « indigène », comme en avaient décidé les dirigeants de la « patrie des droits de l'homme ». Le récit de Jean Jaffré constitue un « témoignage précieux sur une époque qui n'en finit pas de nous interpeller et de creuser des sillons », écrivait en février 2005 Le Monde Diplomatique.
    Jean Jaffré était revenu en Algérie à l'indépendance. Il avait enseigné pendant cinq ans au lycée Bugeaud, actuel Emir Abdelkader. Il avait assisté au coup d'Etat qui a renversé Ahmed Benbella en juin 1965... « Ici commençait une autre et bien plus longue histoire... », conclut-il. La note de présentation relève que Jean Jaffré « donne à lire un témoignage précieux sur les milieux communistes et nationalistes algériens où son travail de militant l'a conduit comme par « effraction » dans l'arrière-boutique où se préparait l'événement historique », c'est-à-dire le déclenchement de la lutte de Libération nationale.
     

    Mohamed Arezki Himeur, in El Watan 19 Juin 2008


    votre commentaire
  • <?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p>

    </o:p>
    La troisième édition du concours Mouloud Mammeri de la meilleure dictée en tamazight (langue berbère) se tiendra le 9 février 2009 à partir de 09H00 au niveau de la salle des œuvres sociales de l'éducation à Tizi Ouzou, en Kabylie, 100 km à l'est d'Alger.
    Chaque établissement d'enseignement primaire et moyen présentera un élève. Les participants seront choisis et désignés par les enseignants de tamazight. La liste définitivement sera arrêtée le 31 janvier 2009. Les textes des épreuves qui vont dictés aux élèves seront choisis par les inspecteurs de la matière et ils resteront à leur niveau jusqu'au jour de la dictée et du concours. Les corrections seront assurées par une commission qui sera désignée par les inspecteurs de l'enseignement de tamazight.
    Les feuilles des examens seront codées comme pour un examen officiel. Les résultats seront proclamés au cours d'une réception prévue le 28 février à la grande salle de la Maison de la Culture Mouloud Mammeri de Tizi Ouzou. Et des cadeaux seront remis aux lauréats.
    <o:p> </o:p>

    votre commentaire


  • Zouvga  est un petit village situé à environ 70 km à l'est de Tizi Ouzou. Il est accroché, comme beaucoup d'autres villages de Kabylie, sur le flan d'une montagne, dans la commune d'Illilten, juste après celle d'Iferhounen. C'est un village pas comme les autres. Un village modèle du point de vue propreté, grâce à l'abnégation et la détermination de ses quelques 1.300 habitants : ruelles escarpées dallées de pierre noire, poubelles collectives installées à chaque coin de rue, de l'eau potable ramenée de très loin, un petit engin de travaux publics pour le ramassage des ordures ménagères, un tableau d'affichage installé sur l'un des murs de la placette du village, un taxiphone, une crèche, réalisation de plusieurs projets collectifs d'intérêts communs... Tout ça a été fait grâce aux dons, cotisations et esprit de solidarité des villageois.  C'est le sujet de notre prochain reportage dans ce blog.

    votre commentaire